TELECOMMUNICATIONS : LA 5G, A QUOI VA T ELLE RESEMBLER ? – WORLD MEDIA EVENT
High-TechWEB-TV

TELECOMMUNICATIONS : LA 5G, A QUOI VA T ELLE RESEMBLER ?

249vues

À quoi ressembleront les forfaits mobiles du nouveau standard ? Combien va nous coûter la 5G ? On connaît déjà une partie de la réponse en observant ce qui se fait dans les pays couverts.
Cela fait six mois maintenant que l’ouverture des réseaux 5G a commencé dans le monde. Au mois d’août dernier, l’association d’opérateurs et constructeurs du GSMA publiait un état des lieux du déploiement. La 5G était alors commercialisée dans 20 pays par quarante opérateurs, avec 136 terminaux à disposition. Un véritable terrain d’inspiration pour les opérateurs français.

La carte des réseaux commerciaux 5G dans le monde au mois d’août 2019.
Quel modèle de forfait ?

Au niveau du prix des forfaits, trois modèles semblent se dégager. Le premier, très classique, est celui qui a cours en Corée du Sud. Ce pays fait figure d’exemple avec ses trois opérateurs nationaux qui sont passés à la 5G, une population quasiment totalement couverte, 3,5 millions d’utilisateurs de 5G et un trafic data multiplié par trois. La 5G est vendue plus ou moins chère en fonction de la quantité d’internet mobile proposé, de 43 euros pour 8 Go de data jusqu’à 70 euros pour de l’illimité.

La Corée a donc fait le choix de tarifs assez accessibles, alors même qu’elle est traditionnellement plus chère que la France. À l’inverse, les Etats-Unis ont maintenu des tarifs élevés jusqu’à une centaine d’euros par mois.

Les forfaits de l’opérateur Elisa.
Le deuxième modèle, plus rare, est celui de l’opérateur Elisa en Finlande. Il a choisi de moduler ses offres en fonction de la vitesse de connexion. Il faut compter 50 dollars par mois pour 1 Gbit/s, 40 euros pour 600 Mbit/s, 32 euros pour 300 Mbit/s. Cette voie ne semble pas vouloir être empruntée par les opérateurs français avec qui nous en avons discuté.

Enfin, troisième modèle, il existe quelques cas d’opérateurs qui ont choisi de garder les mêmes forfaits 4G et d’y ajouter un supplément pour obtenir de la 5G. Environ 9 euros dans le cas de Sunrise en Suisse et de Verizon aux Etats-Unis.

Pour le moment, seul Orange s’est exprimé officiellement sur le sujet en France. « À service et à quantité égale, la 5G ne sera pas plus chère que la 4G », avait déclaré Stéphane Richard au micro de France Info il y a quelques jours.

Quels services et quels usages ?
On constate pour le moment assez peu d’originalité de la part des opérateurs qui ont déjà lancé la 5G. Ils proposent tous deux types de services : des box 5G pour de l’accès à Internet fixe (Fixed Wireless Access) et du réseau mobile.

Certains déploiements des services supplémentaires comme Sunrise qui va lancer en novembre une application de cloud gaming en 5G. La réalité virtuelle et la réalité augmentée sont également beaucoup évoquées, notamment lors des événements sportifs avec des applications de second écran permettant de vivre autrement les retransmissions. Mais globalement, pour le grand public, la promesse reste focalisée sur la vitesse de connexion qui tourne autour de 1 Gbit/s.

On notera que l’ouverture des réseaux commerciaux 5G s’est accompagnée un peu partout de couacs techniques dans les premiers temps. La palme a été attribuée à Vodafone dont les utilisateurs atteignaient au mois de septembre des débits en 5G inférieurs à ceux de la 4G à Londres ou Manchester.

Enfin, les oppositions à la 5G des anti-ondes sont plus fortes que lors du lancement de la 4G. En Suisse, par exemple, des cantons ont prononcé des moratoires, tandis que les manifestations et les pétitions en ligne se multiplient. Ce qui va retarder les déploiements dans les villes. Rappelons que la 5G est attendue au printemps 2020 en France.

Leave a Response